SMP Racing quitte WEC et LMP1 LMNP 2019

SMP Racing quitte WEC et LMP1

 LMNP 2019

Location Meublée Non professionnelle

Remplissez le formulaire ci-dessous pour avoir la simulation adaptée à votre situation
.

Bannière 250x250


SMP Racing a décidé de quitter le FIA ​​WEC et ne participera pas à la catégorie LMP1 lors de la saison 2019-2020. L'équipe russe figurait dans les inscriptions préliminaires de la saison suivante, qui avait été ouverte le mois dernier aux 24 heures du Mans. Mais deux semaines avant le prologue de Barcelone et moins de deux mois après le premier tour de Silverstone, la décision est prise: nous ne voyons pas le prototype du BR1.

Voir aussi:

Tout au long de 2018 – 2019 Pendant la super saison de l'année, SMP Racing a travaillé sur le développement du BR1 en collaboration avec l'ARE, en réalisant des progrès importants avec la rébellion du Mans. Mikhail Aleshin, Vitali Petrov et Stoffel Vandorne occupaient la troisième place au Mans après deux hybrides TS050. Néanmoins, SMP a exprimé à plusieurs reprises son mécontentement vis-à-vis de la question EoT utilisée pour équilibrer les prototypes hybrides et non hybrides dans le but d'éviter un écart trop important entre Toyota et les partis politiques. Bien que la régulation de l'hypercolon réussisse avec la LMP1 pour 2020-2021, la structure russe décide de la laisser là.

"Notre objectif a toujours été de gagner et nous pensons avoir réussi à remporter cette victoire en obtenant le meilleur résultat possible de la situation."déclare Boris Rotenberg, fondateur de SMP Racing. "Après la dernière course au Mans, nous avons décidé que SMP Racing quitterait le FIA ​​WEC et que notre équipe ne participerait pas à la saison 2019-2020."

"Ce fut une saison difficile pour nous. Nous avons beaucoup travaillé avec notre prototype BR1 et nous avons montré à tout le monde que l'équipe russe, les pilotes russes et la voiture russe étaient en mesure de signer le meilleur résultat possible dans l'un des championnats du monde les plus difficiles, prestigieux et 24 heures sur 24. dans la compétition, tous les participants à ce projet ambitieux ont eu du succès: pilotes, SMP Racing, ART GP, BR Engineering et Dallara. "

SMP Racing avait confié l’utilisation technique de ses prototypes à l’équipage français ART Grand Prix, qui faisait ses débuts à Endurance. La deuxième voiture du Mans était partagée avec Stéphane Sarraz, Sergei Sirotkin et Egor Orudzhev.

Ce départ est un coup dur pour le championnat, où le plateau de la LMP1 est réduit de six voitures: deux usines Toyota, deux Rebellion et deux Ginettas sous l’égide de la Team LNT.